L’Ange de l’Empereur

L’Ange de l’Empereur est un roman Fantasy situé en Chine il y a plusieurs siècles. Vous trouverez ici une partie de l’introduction. Le livre a été réédité le 23 février 2016.

L’ANGE DE L’EMPEREUR

Page du livreange

Dans les couloirs, il ne croisa personne et il se hâta de rejoindre son ami à l’extérieur. Il savait qu’il avait travaillé toute la nuit. Il le trouva près d’un étang, sous les saules, en train de ramasser les insectes morts à la surface de l’eau.
— Il est un peu tôt pour faire une tâche aussi répugnante, Shan, murmura-t-il en s’approchant.
Shan était un adolescent plutôt mignon à la peau extrêmement pâle qui avait toujours l’air surpris. Il faillit tomber dans l’eau en sursautant.
— Ne refaites plus jamais ça ! s’écria-t-il, se retournant pour faire face à son ami qui riait de bon cœur. Vous devriez encore être au lit à cette heure.
— Je ne veux pas perdre ma matinée à dormir, tu sais combien j’ai horreur de ne pas me réveiller par moi-même.
Shan eut un rictus ; évidemment qu’il le savait. Les rares fois où il avait eu le malheur de le tirer du sommeil, il avait été insulté et même giflé. Qian s’était excusé ensuite mais c’était là une preuve d’un mauvais caractère plutôt bien caché.
— Hier, ma grand-mère m’a annoncé que je vivrais un jour exceptionnel où mon destin changerait à cause d’un homme. Crois-tu qu’elle ait raison ? fit Qian, montrant un peu son inquiétude.
Ses grands-parents paternels vivaient dans la même propriété, comme le voulait l’usage. Qian appréciait sa grand-mère, malheureusement devenue vaguement sénile. Elle lui faisait souvent des prédictions étranges qui se réalisaient la plupart du temps.
— N’est-ce pas aujourd’hui que vous devez enfin rencontrer votre fiancée ? demanda Shan après quelques minutes de réflexion et quand il se fut lavé les mains.
Qian pâlit.
— Tu as sûrement raison, mais ma fiancée est une femme.
— Pour votre plus grand malheur, termina Shan, et Qian ne trouva rien d’autre à faire que lever les yeux au ciel.
— Laisse tomber les moucherons et suis-moi. Il faut que je me défoule, finit par dire Qian pour changer de sujet.
Il l’entraîna loin dans la propriété, près de leur terrain d’entraînement et Shan soupira.
— Vous défouler ? répéta-t-il en marchant derrière lui. Mais vous venez à peine de vous réveiller !
— Aucune importance, répondit Qian.
— Je suis fatigué, je vous préviens tout de suite, je ne serai pas au mieux de mes capacités.
Avec un rictus, Qian prit un sabre dans la remise où les armes étaient rangées, gardées par un homme bourru qui salua le fils de son maître et ignora totalement son ami, qui était d’un rang inférieur au sien. Shan saisit également une arme et suivit son ami un peu plus loin.
Ils commencèrent par des passes d’échauffement, comme toujours, avant de se lancer dans un duel impressionnant d’agilité et de précision.
Et alors que les lames volaient et que le duel devenait plus violent, Qian trébucha sur la racine d’un arbre et tomba en arrière. Son sabre se planta dans la terre et un silence horrifié s’installa, alors que Shan restait pétrifié, regardant les yeux de son ami se vider de toute vie.
En effet, son destin avait changé par la main d’un homme.

—–

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s