Immortels sous les Décombres

Immortels sous les Décombres se déroule pendant la Seconde Guerre Mondiale, au Japon et en Chine. Vous trouverez ici une partie d’un chapitre situé relativement au début. Le livre a été réédité le 23 février 2016.

Page du livre

IMMORTELS SOUS LES DECOMBRES

couv-products-138231Entre les maisons récemment incendiées et les monceaux de cadavres, Takeru ne cherchait rien en particulier si ce n’était quelques flammes encore vives pour se réchauffer les mains. Il y avait une odeur de sang et de mort bien particulière à laquelle il s’était déjà habitué. Parmi les cadavres, il trouva surtout des hommes, mais il ne pouvait ignorer la présence, bien que minime, de femmes qui avaient été violées, avant de mourir et d’être laissées par terre totalement nues. Il se doutait que le nombre de cadavres de sexe féminin était bien plus haut mais que la plupart étaient dans les habitations, tout comme ceux des enfants. Il s’effrayait lui-même quand il réalisait qu’il ne ressentait rien de particulier en voyant les adultes morts, mais heureusement pour sa propre conscience et estime de soi, il était encore horrifié s’il voyait un enfant.
Et celui qu’il vit après s’être arrêté près des cendres encore chaudes d’une charrette était bien vivant.
Il était adorable avec ses petites joues roses, ses yeux noirs enlarmés et ses cheveux en bataille. Il devait avoir cinq ans, peut-être moins, et à ses côtés agonisait un adolescent. Takeru fut étonné qu’il y ait des survivants. L’adolescent essayait de faire croire qu’il était mort sans y parvenir et le petit n’était même pas blessé. Un instant, le Japonais et l’enfant se dévisagèrent, puis Takeru reçut des pierres en pleine figure. Maladroitement, le petit lui lançait dessus tout ce qui lui tombait sous la main en hurlant, probablement des injures.
L’adolescent essaya de se lever à cet instant pour l’en empêcher, puis Takeru se figea en voyant Kaemon et le major, chacun à cheval.
— Tue-le, Sawada, dit froidement le lieutenant sans même regarder l’enfant.
— Quoi ? Mais il est tout petit ! protesta le soldat, abasourdi.
— C’est un ordre.
Takeru ne bougea pas. Il croisa le regard plein de haine et de détresse du petit garçon et soudain, il entendit deux coups de feu.
Kaemon avait tué l’enfant sans même descendre de sa monture. Son revolver fumait encore, son doigt était pressé sur la détente si fort qu’il était blanc. Et Takeru tomba à genoux. Kaemon mit pied-à-terre et resta derrière lui jusqu’à ce que le major Takada s’en aille. Il vit ses épaules trembler, ses mains se crisper sur ses jambes puis ses larmes tomber sur le sol glacé.
— Pourquoi ? gémit Takeru à voix basse. Comment avez-vous pu faire ça ? Ce n’était qu’un enfant !
— Le major Takada était là, répondit Kaemon pour toute explication, d’un ton aussi froid que l’air ambiant.
Il s’avança, s’accroupit vers le petit cadavre et le prit dans ses bras, son visage ne montrant aucune expression. Il croisa brièvement le regard plein de larmes de l’adolescent qui resta immobile par terre et il se releva ensuite, l’enfant dans ses bras, marchant entre les maisons. Sa curiosité piquée au vif, Takeru lui emboîta le pas, puis il le vit déposer le corps sur un muret d’environ soixante centimètres de hauteur et comprit. Il entra rapidement dans les décombres d’une maison et trouva une chambre d’enfant. Au vu de la photo de famille au mur, il s’agissait bien de celle du petit garçon. Il trouva, sur le matelas à moitié brûlé, une sorte d’ours en tissu qui n’avait qu’un œil. Il l’attrapa et saisit également la couverture et les quelques jouets de bois qu’il trouva par terre, puis retrouva Kaemon dehors. Il l’avait visiblement attendu. Le lieutenant l’aida à recouvrir le corps avec la couverture, à placer les jouets entre ses bras.
Puis, Kaemon mit le feu à la couverture et aux vêtements de l’enfant et s’en alla sans un mot, alors que Takeru restait là, à frissonner devant les flammes. Il ne bougea pas tant que le corps ne fut pas totalement consumé.

———

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s